Chroniques récentes et à venir

 photo coupde_zps86l9ajtm.jpg

La Faucheuse

La Faucheuse (T1)
de Neal Shusterman
nombre de pages : 504
difficulté de lecture : 2/3














résumé


Les commandements du Faucheur : Tu tueras. Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation. Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue. Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté.

MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu’en étant tué aléatoirement (« glané ») par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu’ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l’art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité. Mais seul l’un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière, et lorsqu’il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de glaner la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l’un contre l’autre bien malgré eux… 

Best-seller aux Etats-Unis, ce premier tome de la trilogie La Faucheuse est déjà en cours d’adaptation par les studios Universal.


mon avis


Après quelques mois de retard, je viens ajouter mon coup de coeur à la pile déjà bien fournie sur la blogosphère. Ce que j'ai ressenti à la lecture de La Faucheuse m'a rappelé les premiers tomes de Hunger Games et Divergent : quand l'efficacité implacable du récit servie par des personnages justes et de véritables questions éthiques forme une petite bombe. Attention, GROS COUP DE COEUR en perspective.


— J’ai horreur de ça ! s’emporta-t-elle. Cerbérine, aconit, conium, polonium – tous les poisons se mélangent dans ma tête.
— C’est sûr que si tout se mélange, ta victime mourra plus vite, répliqua Rowan avec un sourire narquois.


L'HISTOIRE

Se jeter dans l'univers en ignorant tout de l'intrigue est probablement la meilleure chose à faire. Neal Shusterman ne s'embarrasse pas de détails inutiles et va toujours droit au but. Cette plume directe renforce le caractère profondément fluide et naturel du premier tome.
L'ajout d'une suite à travers un deuxième tome est discutable, car La Faucheuse se suffit parfaitement à lui-même. Si je croyais d'ailleurs à un stand-alone en me lançant dans le roman, je serai néanmoins ravie de retrouver ces superbes personnages.

Le rythme est excellent, le ton est bien choisi, des notes d'humour viennent agréablement dynamiser les dialogues....que dire de plus? Certains passages sont d'une ampleur incroyable, l'auteur fait preuve d'audace et ne ménage pas ses personnages. 
Mais les questions éthiques et philosophiques sont le véritable atout du roman. Dans une société d'immortels, comment remédier à la surpopulation? Quelle place pour le suicide? Qui devrait avoir le droit de vie et de mort sur les autres? Doit-il s'apparenter à un dieu glanant les âmes sans empathie aucune? La mort doit-elle être douce ou violente? Doit-on toujours recréer les anciens schémas? L'oeuvre propose également de réfléchir à l'impact des intelligences artificielles sur nos vies. Elle traite le sujet de manière assez optimiste ce qui est plutôt inédit et digne d'intérêt.

En bref : une intrigue menée avec brio, une conclusion magnifique quoique abrupte (les 10 derniers pages sont le dénouement à elles-seules, et quand on arrive à ce stade du roman, on se demande si l'auteur ne va pas nous laisser en plan, dans sa cruauté légendaire.). Les toutes dernières lignes sont une leçon de panache absolument bluffante. Ajoutez de la musique épique et vous obtenez l'une des meilleures scènes de tous les temps.


LES PERSONNAGES

"C'était la meilleure. Même pour perdre, elle le surpassait."

Citra, nouvelle déesse de l'univers. Citra et Rowan sont des personnalités brillantes. Ils sont vibrants, ils sont intelligents, ils sont forts, chacun à leur manière, ils sont majestueux et vulnérables...ils sont....altruistes, audacieux, sincères ... Leur empathie à fleur de peau fait d'eux des personnages magnifiquement racontés. Leur relation est extrêmement touchante, imposée au lecteur malgré lui, mais cela se pardonne aisément car elle est prévisible. Les maîtres Faucheurs sont assez caricaturaux dans l'ensemble. Là encore, ce n'est pas un gros défaut, c'est plutôt indispensable pour qu'ils se démarquent les uns des autres. Les amateurs d'Histoire et de sciences apprécieront les noms en référence à d'éminents scientifiques et penseurs!
Mon coup de coeur va quand même à Rowan et son évolution au sein de ce premier tome. Il devient le personnage le plus dangereux et badass qui soit. Son sort à la fin de La Faucheuse m'emplit d'un tas d'émotions contradictoires. Je suis à la fois heureuse, triste et apeurée. Mais fière, ça oui, plus que tout. Comme Darrow qui part du néant pour s'élever en tant que justicier du monde, Rowan a le potentiel pour devenir un de ces héros qui oeuvre pour le bien dans l'ombre, et au prix de sa propre liberté.


CONCLUSION

La recette sans faille de La Faucheuse dessine un premier tome qui déborde de sincérité. Les enjeux sont tels que La Faucheuse a désormais sa place dans mon top 10 des sagas préférées, et en tête de classement. C'est le livre avec lequel je vais vous rabâcher les oreilles pendant des mois, alors...si vous devez commencer une saga en 2017, c'est celle-ci.


puissance 1000.




Le trailer VO qui envoie du pâté.





Commentaires

  1. Bon, je ne peux plus attendre, il faut que je me le procure. Je ne lis que de bons avis et les thèmes abordés me plaisir à coup sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est une bonne lecture pour l'été (étonnamment!), n'hésite plus :P

      Supprimer

Enregistrer un commentaire