Chroniques récentes et à venir

 photo coupde_zps86l9ajtm.jpg

Une flamme dans la nuit

Une flamme dans la nuit (T2)
de Sabaa Tahir
nombre de pages : 541
difficulté de lecture : 2/3













résumé


"Tu as compris, Laia,

Ils nous pourchassent. 

Il n'y a aucun moyen
 de quitter la ville. 
La peur est notre meilleur guide,

elle nous maintiendra en vie."

Elias a toujours voulu quitter Blackcliff pour enfin devenir libre. Mais ce rêve a un prix : Laia, une jeune résistante, lui permettra de fuir s'il l'aide à faire évader son frère, enfermé dans la pire prison de Blackcliff. Malgré le risque, Elias n'hésite pas une seconde et décide de forcer son destin. Traqués par les Martiaux, les fugitifs ignorent que ce voyage les conduira jusqu'au cœur de l'Empire, où des dangers plus périlleux encore les attendent...


mon avis


Sabaa Tahir avait frappé très fort avec Une braise sous la cendre, et j'attendais Une flamme dans la nuit avec une grande impatience. Sans grands souvenirs du tome 1, je me lance dans un tome 2 épique à souhait, qui revive mon amour pour cet univers particulier, riche et sensible.... 
....jusqu'à un dénouement qui fait pshhhiiit *bruit de pétard qui meurt*.

#Choquéedéçue

L'HISTOIRE

L'univers est la raison principale de mon adhésion à la saga. Je le trouve sensible, mature, tout en nuances et en subtilité. C'est l'univers du roman fantastique que j'aurais aimé écrire dans ma vie. Il est sombre, il est brillant, il est réel et complètement prenant. Il a autant de piquant que celui mis en place par Pierce Brown dans Red Rising (et Cieux sanglants, je vénère cette saga).

"La compassion est une faiblesse. En témoigner à ses ennemis, 
c'est comme s'empaler sur son propre sabre."

Le vocabulaire mis en place est quant à lui, le point fort du roman! Je ne sais même pas décrire l'effet qu'il me fait. Il fait écho à une mythologie précise et réfléchie, à une hiérarchie fort intéressante. La plume de l'auteure est en effet plus claire que dans le tome précédent, mais toujours aussi belle. J'en suis arrivée au point de corner une page pour garder une citation. Sisi. CORNER.UNE.PAGE.

Si, je vous jure.

Reste un très bon équilibre dans les événements, l'action et les dialogues. Si Blackcliff m'a manqué (le format des épreuves par exemple, la discipline...), j'étais malgré tout complètement immergée dans le récit, notamment lors des événements en prison. J'aime les trucs lugubres.

Mais. Problème.
Le récit monte monte pour redescendre comme un ballon qui se dégonfle dans les 30 dernières pages. La "révélation Harper" m'a fait un peu rire, la "résolution du problème" d'Elias m'a donné envie de balancer le bouquin par dessus mon épaule. J'avais l'impression d'assister à un remake des Chemins de poussières, saga avec laquelle Une braise sous la cendre présente de nombreuses similitudes, dans l'univers et le contexte, l'intrigue mais aussi la débandade du second tome. Quel gâchis. Ca part en cacahuète et on ne peut que regarder l'intrigue s'enflammer sous nos yeux.


LES PERSONNAGES

Laia ne change pas : elle est toujours aussi insupportable. Beurhhh.
Elias restera l'un de mes personnages favoris. C'est un héros droit dans ses bottes, charismatique bien que profondément en souffrance. Il est l'autre point clé de cette saga et Laia ne le mérite absolument PAS. Hélène qui m'énervait dans le tome 1, m'est apparue sous un nouveau jour et m'a même émue au larmes. Son point de vue est extrêmement intéressant. J'ai aimé en apprendre plus sur l'Empire, sa mentalité, sa famille....Sa (non-)relation avec Elias mérite d'être exploitée d'avantage, contrairement au triangle amoureux brabant Elias-Laia-Keenan. Je crois d'ailleurs que je ship les mauvais personnages mais je m'en fiche. Je ne supportais déjà pas Keenan dans le tome 1 mais alors là...chacune de ses apparitions me donnait des pulsions meurtrières.

Moi dès qu'il prenait la parole

Les personnages en eux-mêmes sont brillamment construits, avec des faiblesses, une vraie personnalité et des zones d'ombre. Ce sont des personnages comme il en manque souvent dans la littérature Young-Adult. Mais les relations entre-eux semblent mal exploitées dans ce tome, ce qui étouffe beaucoup leur potentiel. Des nouveaux personnages intrigants font également leur entrée (Harper *tousse tousse*) et j'ai hâte de les connaitre un peu plus.


"Je m'agenouille près d'elle et je murmure : "Tu es mon temple. Tu es mon prêtre. Tu es ma prière. Tu es ma délivrance." Grand-père verrait d'un mauvais oeil que je pervertisse son mantra. Quant à moi, je crois que je préfère cette version. 
Je rejoins Trera qui m'attend aux abords du campement. Il s'ébroue quand je monte en selle. 
"Prêt à voler?" Il bouge les oreilles, ce que je prends pour un oui.
Je pars vers le nord sans me retourner."


CONCLUSION

Je reste donc légèrement déçue par la conclusion d'Une flamme dans la nuit, notamment parce que je m'attendais à une duologie...et en fait non. Ce dénouement un poil amer n'enlève rien à l'excellence des 510 autres pages. Sabaa Tahir m'a perdue avec un triangle (voire un quadrilatère) amoureux ennuyant, mais convaincue avec son univers subtil et original. La narration permet une immersion totale, c'est jouissif. J'en veux à l'auteure de ne pas avoir pris la direction que je souhaitais pour ses personnages, mais ai bien conscience que la solution qu'elle propose est juste. Ce tome ne vous laissera pas indifférent, que ce soit dans le bon ou le mauvais sens.



Commentaires

  1. ce n'est pas un méga coup de coeur pour moi comme pour beaucoup, mais j'avoue beaucoup aimer l'univers de la saga, j'ai hâte de lire la suite ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est l'univers qui fait tout!!! :D

      Supprimer
  2. Avec tous les éloges que j'entendais sur le premier tome, je m'attendais au coup de coeur qui n'est jamais venu...
    Même si ça reste une excellente lecture, j'attends un peu avant de lire la suite^^

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire