Chroniques récentes et à venir

 photo coupde_zps86l9ajtm.jpg

Fans de la vie impossible

Fans de la vie impossible
de Kate Scelsa
nombre de pages : 368
difficulté de lecture : 2.5/3
parution le 25 février 2016
Scripto, Gallimard Jeunesse












résumé


Mira tente de faire croire qu’elle peut fonctionner comme un être humain normalement constitué, dans ce nouveau lycée, et pas comme une fille incapable de quitter son lit pendant des jours.
Jeremy est le passionné d’art terriblement timide, qui s’isole depuis l’incident qui a ruiné sa dernière année scolaire.
Sebby, le meilleur ami gay de Mira, vit en famille d’accueil. Lumineux et charismatique, il s’est construit avec elle un univers de rituels magiques et d’escapades secrètes destiné a réparer les brisures de leurs vies.
Ensemble, ils tentent de sublimer une vie dont ils ne perçoivent que la dureté. Mais les tentations destructives sont la. S’aimer suffira-t-il a les sauver ?


mon avis


"Devenir quelqu'un ayant besoin d'autres gens pose des problèmes. Surtout si on a façonné une grande partie de son identité en étant seul. Ce n’était pas une vie particulièrement agréable, mais au moins, dans ma solitude, j’étais autonome. A présent, je porte constamment sur moi une émotion, telle une démangeaison persistante, et je la nourris comme si c’était une espèce d'animal de compagnie exigeant."

Comment s'orienter correctement dans la foule de romans YA contemporains? C'est loin d'être évident. Heureusement, certains romans se démarquent. Pour le meilleur...et pour le pire.


L'HISTOIRE

Je vous avoue que je n'ai pas énormément de souvenirs de cette lecture qui pourtant m'a marquée. C'est assez flou dans ma mémoire, hormis certains points dérangeants.
Tout d'abord, certaines scènes apparaissent comme complétement surréalistes. Le roman semble ancré dans une réalité qui n'est pas la notre. Cela ne manque pas de conviction ni de passion, mais bien de vérité. Le ton est mélancolique, comme dans un film d'auteur on est baladés voire bercés sans trop comprendre ce qu'il se passe.
Je ne vous parle pas ici de la fin totalement incompréhensible à mes yeux. Je vois où Kate Scelsa veut en venir, c'est une conclusion logique mais......?? Non décidement je comprends pas.
Après un début prometteur et une ambiance atypique, Fans de la vie impossible avait tout pour plaire.
C'était sans compter sur la dérive des personnages. Le roman tend vers le glauque, à vouloir retourner son lecteur par tous les moyens possibles. Les émotions les plus simples et les plus directes sont les meilleures.


LES PERSONNAGES

Sebby cumule les problèmes comme si l'auteure avait concentré toutes les problèmatiques sociales du monde dans sa personne. Il est pourtant attachant car profondément altruiste et joyeux.
Mira m'apparait d'avantage comme une victime sans conviction. Et Jeremy a un bon fond. Assez effacé, il a pourtant une belle personnalité. Cependant la manière dont ils sont mis en scène ne porte absolument pas les causes qu'ils défendent. Je ne peux pas en dire plus sans révéler une partie de l'intrigue mais je pense que Jeremy et Sebby ne renvoient pas une image très positive de l'homosexualité. Surtout auprès des jeunes lecteurs. Je pense que cette cause qu'est la lutte contre les discriminations (de toutes sortes) mérite plus de poésie et de contrastes. Les clichés se multiplient au fur et à mesure du récit, c'est assez douloureux.


CONCLUSION

L'ambiance très particulière, la narration atypique et le dénouement original font de ce roman un petit OVNI. S'il peut plaire aux amateurs du genre, il n'est pas le meilleur porte-parole des jeunes d'aujourd'hui. Il semble déconnecté du monde réel, même s'il aborde des problématiques actuelles. C'est hélas la surenchère qui m'a perdue. Fans de la vie impossible tend à montrer que les cases n'existent pas, l'intention est belle et bien visible. Or il y enferme un à un ses personnages.
A tenter cela dit!



Commentaires

  1. Je comprends ton avis. J'ai bien aimé ce roman, mais j'avais un peu trop l'impression d'un déjà vu....

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre a en effet l'air d'un OVNI ! Merci pour ton avis très pertinent qui m'aura totalement laissé dans l'incapacité de faire un choix ^^ J'ignore si ce livre me plaira, le sujet et l'idée me paraissent extra mais ton avis m'a un peu refroidis... Comme tu dis c'est à tenter, mais à mes risques et périls :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le choix est entre tes mains hehehe :P

      Supprimer
  3. C'est drôle, pour ma part j'ai adoré ce roman, et j'ai retrouvé mes arguments dans les tiens, sauf qu'ils sont la raison pour laquelle j'ai aimé cette histoire...
    En fait, j'ai aimé l'idée qu'on arrive en plein milieu de l'histoire, qu'on découvre les choses petit à petit sur eux, et qu'on soit éjecté du roman sans qu'il n'y ait vraiment de fin.
    J'ai trouvé les personnages percutants, complexes et beaux, j'ai éprouvé beaucoup de tendresse pour eux, sans doute parce que je me suis beaucoup retrouvée en eux (surtout Sebby et Mira)bien loin de toutes les jolies cases et les beaux stéréotypes qu'on nous vend dans les grosses productions littéraires du moment.
    Jeremy et Sebby ne sont pas des porte-étendards de la cause homosexuelle, ce sont juste des gamins, des ados perdus, qui "happen to be" homosexuels, c'est une caractéristique comme une autre. Bien sûr ça explique pas mal de merdes qui leur arrivent, mais justement, en fait, ça ne les définit toujours pas.
    Pourquoi devraient-il renvoyer une "image positive de l'homosexualité" ? Et comment l'auteur devrait-elle s'y prendre pour montrer une image positve ? C'est quoi une image positive ? Au contraire, en fait, dans ce livre ce qui est fort, c'est que se découvrir homosexuel, ça peut être dur, le regard des autres est dur ne jouons pas les hypocrites, et y a de sacrés homophobes qui traînent, et se débattre avec cette sexualité qui n'est pas dans les "normes" de la société (même si bien plus acceptée, c'est toujours pas ça, y compris aux US) quand on est ado, fragile, et qu'on est en train de se construire et en quête d'identité, c'est difficile. On fait ce qu'on peut, y compris des conneries et de l'autodestruction.

    Mira est une victime sans conviction, peut-être. C'est justement tout l'intérêt de ce personnage aussi. Être dépressif c'est pas juste manquer de volonté, en fait, et je trouve que justement, c'est très bien rendu dans ce livre. =)

    Je respecte ton avis, bien sûr, et je le trouve d'autant plus intéressant qu'il est quasi totalement opposé au mien et pourtant il repose presque sur les même arguments =)

    En fait, maintenant, j'ai encore plus envie de faire lire ce bouquin à d'autres gens pour voir ce qu'ils en pensent =)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire